Après Google Moon, Google s'associe avec la Fondation X Prize pour Moon 2.0

Google souhaite décrocher la lune. Alors que « Google Moon » est d’ores et déjà disponible, la firme s’associe avec la Fondation X Prize pour créer et développer le Google Lunar X Prize, avec 30 millions de dollars de dotation à la clé.
Le X Prize a été créé en 1996 pour encourager l’essor de l’industrie spatiale dans le secteur privé. Il est l’équivalent spatial de L’Orteig Prize. L’Orteig prize avait permis à Charles Lindberg de recevoir 25 000$ pour sa traversée de l’Atlantique. En 2004, le X Prize a donné lieu au premier vol spatial privé du SpaceShipOne financé par Paul Allen. L’un des objectifs de ce concours est de présenter le vol spatial comme étant abordable et accessible, démontrant la faisabilité des vols spatiaux commerciaux mais aussi touristiques. Ce concours a pour vocation de générer des innovations technologiques et de trouver de nouvelles méthodes de mise en orbite moins onéreuses. La fondation X Prize propose également un concours sur la recherche génétique.
Le Google Lunar X Prize mettra à disposition une bourse de 20 millions de dollars (issue uniquement de fonds privés), à la première équipe qui réussira à envoyer sur la Lune un robot capable de se déplacer et de transmettre des images à la Terre. Les équipes d’ingénieurs ont jusqu’au 31 décembre 2012, le cas échenant l’enveloppe sera ensuite réduite à 15 millions de dollars jusqu’au 31 décembre 2014. D’autres prix seront accordés, notamment aux découvertes scientifiques et appareils les plus intéressants. Le second recevra 5 millions de dollars et 5 millions de dollars supplémentaires seront accordés en prix divers. Tous les véhicules prenant place dans le projet seront équipés de caméras ou appareils photos afin de partager les clichés et vidéos avec le public. Le projet arborera le nom de « Moon 2.0 » dû justement à son côté participatif.
Aujourd’hui, les gouvernements de grands pays reconnaissent l’importance de l’exploration lunaire. Nombreux prévoient le lancement de sondes, et l’envoi de véhicules robotisés, le japon prépare même l’envoi d’astronautes d’ici 2025.
Google devient donc le partenaire numéro un d’un projet dont l’intérêt est fondamental : celui de réduire la coût de l’exploration spatiale en établissant une présence permanente sur la Lune. Comme cela a été souligné dans divers articles et émissions, les lancement d’engins spatiaux seraient probablement plus aisés à partir de la Lune, le satellite bénéficiant d’un champ de pesanteur moins important que celui de la Terre. Cela peut permettre également d’élargir nos champs de recherches d’un point de vue écologique. Quant à moi, dans l’immédiat, je retourne à mon Google Story.
Pour être tenu informé des évolutions : www.googlelunarxprize.org
Informations en français ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.