4 technologies pour être "dans le coup"… juste un moment …

 Article de 2008. Intéressant, 10 ans plus tard (2018), de constater que l’OLED devient un standard, que la 3G+ est loin derrière la future 5G, que le full HD a largement été remplacé par l’Ultra HD (et non la super HD) et que le mixage 6.1 fait pâle figure en face du mixage immersif 3D (Dolby Atmos ou Auro-3D)  OLED : de nouveaux écrans encore plus beaux !
Cette technologie à déjà fait l’objet d’un précédent billet : Technologie OLED : de la vidéo dans nos magazines papier ?
OLED signifie : « organic light-emitting diode », il s’agit de diodes plus légères, moins chères à fabriquer et restituant des couleurs plus éclatantes.
Le premier brevet est sorti en 1987 (société Kodak !) et la première application commerciale est apparue vers 1997.
Les combinaisons savantes permettent aujourd’hui d’obtenir une matrice d’affichage transparente avec une efficacité lumineuse de 70cd/A, du jamais vu ! A noter que ces écrans souples ne nécessitent pas de verre pour leur fabrication ni même de rétroéclairage . Ils sont fabriqués à base de molécules organiques qui produisent elles-mêmes la lumière. Ce procédé révolutionnaire a donné naissance à des premiers écrans OLED estampillés Sony.
oled-cell
Cette technologie a vocation à remplacer peu à peu les affichages à cristaux liquides (LCD), d’abord dans les applications de petites dimensions tels que téléphones mobiles, écran d’appareils numériques. Quand le développement sera mieux maîtrisé, les OLED devraient se substituer aux LCD et autres technologies plasma pour les écrans de grande taille.
 
ecran_oled_sony
Evolution : Cathodique/ TFT -> Plasma / LCD -> OLED ->NED et TV Laser -> TV 3D
En Full HD c’est tellement mieux !
Rien à faire, le sigle HD est à la mode et à toutes les sauces : HD DVD (dont Microsoft et sa Xbox 360 se séparent pour se concentrer sur la VOD), HD Ready, TV HD, TNT HD, FreeBox HD et même Euro 2008 HD (sinon on ne les voit pas courir !). L’acronyme HD pour Haute Définition fait aujourd’hui partie intégrante de nos habitudes et de notre vocabulaire. A peine habitué au HD Ready, cette dernière se voit concurrencer par la Full HD qui a déjà relancer la course aux écrans. L’appellation Full HD signifie que le téléviseur ou l’appareil en question (vidéo-projecteur, etc.) peut afficher ou retransmettre au minimum 1080 lignes : résolution 1080i en natif. Contrairement au label HD Ready, aucune concertation n’a eu lieu entre les constructeurs pour la Full HD. Seule la Full HD dispose d’une définition de 1920 x 1080 pixels permettant de restituer pleinement des signaux 1080i. Sa résolution est calibrée pour s’adapter idéalement à la définition de la vidéo filmée à l’origine par une caméra Haute Définition. Si l’on compare un téléviseur dit Full HD avec un téléviseur HD Ready, on constate que ce dernier affiche en général une résolution de 1024 x 720, 1280 x 768 pixels ou 1366 x 768 pixels, en fonction des constructeurs.
 
full-hd
D’ici une dizaine d’années, la FullHD sera concurrencée par la SuperHD. Pour information, la télévision Japonaise NHK a procédé fin 2006 à une retransmission en direct de la Super HD, avec l’aide du géant des télécommunications NTT. Il s’agissait d’une émission de variétés filmée dans les studios de la NHK à Tokyo et envoyée en flux compressé vers Osaka pour une diffusion sur grand écran. Pioneer est parvenu à fabriquer un écran plasma expérimental capable de restituer 32 millions de pixels pour une résolution de 7680×4320 pixels (!) contre 2 millions de pixels et une résolution de 1920×1080 pour la FullHD (soit 16 fois plus de détails).
 
superhd
Evolution : SD > HD ready > Full HD > Super HD
3G+, le très haut débit nomade
Les normes de téléphone mobile se succèdent mais ne se ressemblent pas !
La technologie HSDPA (High Speed Downlink Packet Access) connue aussi sous les noms de 3,5G et plus communément 3G+ offre des performances dix fois supérieures à la 3G (UMTS R’99) dont elle est une évolution logicielle. Cette évolution permet d’approcher les performances des réseaux DSL (digital subscriber line). Cette technologie permet de télécharger (débit descendant) théoriquement à un débit de 1.8 Mbit/s, 3.6 Mbit/s, 7.2 Mbit/s et 14.4 Mbit/s . L’intérêt de cette évolution réside surtout dans l’amélioratin de la fluidité du streaming (lecture vidéo). En France, la 3,5G est disponible sous le nom de 3G+ depuis juin 2006 sur le réseau SFR et l’automne 2006 chez Orange. Bouygues Télécom, qui n’a pas déployé de réseau UMTS, a déployé sans publicité son réseau en HSDPA en avril 2007, à la dernière date possible des termes de sa licence UMTS. A noter l’existence du HSUPA qui a un débit plus important en courant ascendant.
Evolution :
tableau_generation_bande_passante
A prendre en considération également : le DVB-H (TNT mobile), ou la nouvelle norme unique de TMP, autrement dit de Télévisionn Mobile Potable. La technologie a été largement adoptée en France en amont au JO de Pekin. Le Digital Video Broadcasting for Handless permet la diffusion de vidéo au format MPEG-4 vers le téléphone mobile. La technique de multiplexage par intervalle de temps permet de réduire la consommation électrique pour les petits terminaux, la partie réception radio n’ayant à fonctionner que pendant l’intervalle de temps dévolu au programme sélectionné. Cette technologie va nous permettre de recevoir les chaînes de la TNT, câble et satellite en meilleure qualité d’image que celle délivrée via la 3G. Condition sine qua non : avoir un mobile compatible DVB-H
 
DVB-H_Logo
Le son 6.1 pour une meilleure écoute.
Depuis l’arrivée du DVD vidéo, le son multicanal 5.1 (celui des salles de cinéma), est entré dans nos foyers et a largement succédé au son stéréo des années 70. Comme son nom l’indique, le son 5.1 ce sont 5 canaux plus un caisson de basses. Il lui est généralement associé le Dolby SR-D (Spectral Recording Digital) ou encore le DTS (Digital Theater Sound, équivalent moins compréssé). Cette époque est déjà révolue, le son 5.1 fait désormais place au son 6.1 Dolby Dolby Digital EX ou DTS ES. Il s’agit ni plus ni moins du son 5.1 avec une voie arrière supplémentaire. Ne pas trop s’attacher au son 6.1, on commence déjà à parler du son multicanal 7.1 SDDS (Sony Dynamic Sound System) !
La configuration spatiale des enceintes d’un système 6.1 est d’une importance primordiale car elle conditionne directement la qualité d’écoute et le réalisme des effets sonores.
Il existe un certain nombre de règles à respecter afin de positionner au mieux chaque enceinte :

  1. Les enceintes frontales doivent idéalement être placée à la hauteur d’écoute de l’auditeur assis. Les satellites arrière (surround) doivent être positionnés légèrement au-dessus de cette ligne d’écoute.
  2. Les enceintes frontales gauche et droite doivent être disposées de part et d’autre du téléviseur en veillant à respecter le côté de chacune d’entre-elles. Dans la pratique elles devront chacune former un angle de 25° à 45° avec l’auditeur.
  3. L’enceinte centrale doit être placée directement au-dessus ou en dessous de la TV étant donné qu’elle sert principalement aux dialogues des acteurs principaux.
  4. Le caisson de basse peut être disposé n’importe où dans la pièce, de préférence posé sur le sol pour mieux transmettre les vibrations. Le mieux est de tester différentes positions dans la pièce.
  5. La position optimale pour les satellites arrières est en retrait par rapport à l’auditeur de manière à former un angle de 90° à 110° avec l’auditeur.

La configuration 6.1 est similaire à une configuration 5.1, si ce n’est qu’elle ajoute une voie arrière centrale afin de compenser le « trou » entre les deux enceintes arrières.
configuration-spatiale-6-1
Evolution :
configuration-spatiale-7.1
Sources :
http://electronics.howstuffworks.com/oled1.htm
http://www.toutelahd.com/full-hd/
http://fr.wikipedia.org/wiki/3G
http://fr.wikipedia.org/wiki/DVB-H
http://DVB-H.org/
http://www.commentcamarche.net/audio/son-multicanal-5-1-7-1.php3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *